dimanche 9 mai 2021

Un rencard géant.






J'ai reçu un message d'Asma qui me disait "Je vais en terrasse, viens"

J'ai enfilé ma veste en jeans, celle des beaux jours, j'ai dévalé les escaliers et j'ai traversé une partie de Saint Gilles à pieds.

Mon coeur battait comme si j'avais un rencard avec un.e crush de longue date. Je me faufilais sur les trottoirs sur lesquels des terrasses avaient poussé comme des fleurs du jour au lendemain. 

Je croisais des regards inconnus et ils me faisaient des effets de peintures au musée. Tous ces visages étaient beaux, l'atmosphère était onirique. 

J'avais oublié qu'on était plus d'un million dans cette ville, j'avais oublié que les visages ne s'arrêtaient pas aux yeux. J'avais oublié les bruits de chaises métalliques, le brouhaha de fond, mon coeur qui palpite face à de la nouveauté, les atomes exaltés par la spontanéité.


Putain on est un million, putain je suis vivante, putain.

dimanche 2 mai 2021

Corps

 Des fois j'arrive pas à habiter mon corps. 


J'ai l'impression qu'il est une maison et que quand un changement s'y opère sans m'avoir demandé mon avis, je préfère emménager dehors que dedans. Je sors dans le jardin et je dors dans une tente. Et je l'observe et j'arrive pas à comprendre qu'il est à moi. Que je dois être dans la maison, parce que si je suis pas dedans, où est ce que je vais habiter?


Mais je boude. Je boude quand le papier peint me plait pas, j'ai envie de l'arracher en hurlant. Mais il s'enlève pas. Il m'a pas demandé mon avis il a poussé pendant la nuit comme une jungle silencieuse. Parfois faire un tour en dehors de mon corps ça m'aide à respirer mais après je sais plus rentrer dedans, y'a jamais eu de clé.


Alors de dehors je scrute la maison, je regarde ce que j'aime pas, je la fixe encore, encore, encore, jusqu'à ce que mes yeux fatiguent. Et ma maison elle veut juste que je l'habite. Elle veut que je la décore, elle veut que je m'adapte à ce que je ne peux pas changer. Je crois que je rends ma maison triste parfois. 

dimanche 11 avril 2021

Passivement active.

C'est bon ça suffit. 

I'm done.

Basta.

Les déclics se font depuis des années, de mois en mois et de semaine en semaine, et parfois les rouages reculent. 

J'en ai marre d'attendre. Quand je le cherche pas j'attends la gueule ouverte que l'univers m'envoie de l'amour romantique en plein dans les bras, et puis quand j'en ai marre d'être inactive, je suis à l'affut, aux aguets, en chasse presque. Je suis pas vraiment assise mais pas vraiment debout. Je suis pas vraiment active et pas vraiment patiente.

Et en fait ça me fatigue. J'ai encore des réflexes sur lesquels je dois travailler pour être bien avec moi-même avant d'accueillir plus d'amour dans mes bras, j'ai encore des peurs à creuser, je dois m'asseoir à table en tête à tête avec le rejet et lui dire quelques mots. Puis je crois aussi que le rejet à des choses à me dire.





dimanche 28 mars 2021

Un peu de vie, beaucoup de rire.

 Je crois que j'ai réussi à débloquer des choses. 

Adossée au comptoir de la cuisine de mon père, je lui ai dit que plus je grandis moins j'en ai quelque chose à foutre. Pas un manque d'empathie mais j'ai moins peur du regard des gens, et surtout du mien en fait parfois.  J'ai simplifié mes buts dans la vie et maintenant j'en ai un seul: être heureuse.


Alors oui c'est vaste et flou et vague et utopique mais justement, tout ce qui sera dans la définition de ce but va fluctuer avec moi, grandir, se resserrer, se déplacer, et je suis excitée de partir à l'aventure une fois deux fois mille fois, j'ai hâte de changer d'avis, de revenir sur mes décisions, des les prendre et reprendre trois fois, de me chuchoter des promesses, d'en tenir certaines, d'en oublier d'autres, pour m'en rappeler sous forme d'épiphanie dans ma douche six mois plus tard. Le but est vaste, les moyens sont multiples, j'en aurai une armée, parfois au repos, parfois en guerre et souvent en paix.


Ca va être vaste et flou et vague et beau. Et ça l'est déjà.

dimanche 21 mars 2021

Des échos flous

 C'est étrange de ne plus connaître quelqu'un, tout en restant en périphérie l'un.e de l'autre. Ex quelque chose, présentement rien, futur on ne sait quoi.

Je connaissais le surnom de son père, ce qui s'était passé avec ses ex, j'avais vu des photos d'enfance, et là j'entends que des échos qui résonnent tellement que je suis pas sûre de ce qu'ils disent.

Je sais où iel va vivre, par une personne chère qui nous est commune,  et je sais même pas à quoi ressemblent ses cheveux en ce moment. Je n'ai plus le privilège de lae connaître, et je respecte ça. Je regarde même pas ses réseaux sociaux. Iel veut pas de moi activement dans sa vie, j'ai pas à y être passivement, depuis une vitrine opaque. Iel est flou.e. J'ai plus accès à la version nette. 

Je sais pas pourquoi j'écris tout ça, j'écris si souvent sur l'amour romantique et son absence, mais là j'ai trouvé les mots sur ce que je ressens, et même si le désir romantique n'est plus là, je veux pas avoir sa version floue. Je veux la version nette, avec le son clair, sans décalage. Mais c'est comme ça. Et c'est pas grave.


Un jour j'aurai quelqu'un de net face à moi encore une fois. Et ce sera tout aussi beau.

dimanche 14 mars 2021

En coloc avec mon coeur.

Ca fait vingt huit ans que je cohabite avec mon coeur dans le même corps.

Je crois que je commence à bien le connaître, à anticiper ses réactions, à en rire des fois, et souvent encore je serre les dents.

Parce que là il fait tellement bien son affaire qu'il me donne envie de romance.  Mais je le connais ce petit, et dans quelques battements il voudra courir les rues droit vers le soleil sans aucune envie romantique.

Alors au lieu d'essayer de le (re)tenir, je vais le laisser faire sa vie. On va voir comment ça se passe.

dimanche 7 mars 2021

Des petits soleils

Je crois que j'ai jamais été aussi excitée de ma vie à la vue et à la sensation des signaux du printemps qui approche.


Y'a des petits morceaux de soleil dans mon quotidien, j'ai l'impression que je les avale et que le soleil en moi se reforme. Je crois qu'il était un peu éteint, pour plein de raisons à la fois. Je crois que maintenant je sais mieux comment le rallumer.