mercredi 1 janvier 2020

L'épisode final.


(j'ai écouté cette chanson au moins 20 fois aujourd'hui, et je pense qu'elle souligne très bien tout ce que j'écris ici.)


Je crois que la nuit du 31 décembre 2019 au 1er janvier 2020, il y a eu un bug dans la matrice. Ou alors un moment de clarté offert par un Univers bienveillant. C'est si cliché à dire mais j'ai senti des fins se mélanger à des débuts. Cette soirée s'est ouverte, offerte, retournée sur elle-même, m'offrant un résumé spectaculaire de l'année passée et comme un tout petit extrait des années à venir. La nuit aux odeurs de feux d'artifices faits maison et de bières renversées m'a fait voir tout ce que j'ai appris cette année en résumé express auquel je ne m'attendais pas.

A minuit j'étais entourée de gens du passé et de gens du présent, dans une cohue de serpentins et de cava dans de rares coupes, je me suis revue quelques secondes comme j'étais quand je les ai connus, dans des soirées qui commencent et ne se terminent pas et je n'ai de similaire que le prénom et le rire beaucoup plus vrai qu'avant.
Mais je sentais que j'avais envie d'aller à une fête où il y avait un plus grand nombre de gens que je connais alors j'ai passé un appel, dit à Margot que je voulais aller jeter un oeil à une autre soirée et j'ai laissé mon anxiété se mordre la langue. Elle a souri grand avec ses yeux et sa bouche et on s'est dit à plus tard en se prenant dans les bras.

Apprentissage numéro un: Ne pas culpabiliser autant, tout le temps, pour tout.

Vers trois heures je suis donc partie seule dans les rues avec un soupçon d'ébriété dans les veines qui me donnait assez de rien à foutre que pour ne pas sursauter aux bruits de pétards et pour entrer dans une soirée chez des gens que je ne connais pas, aux trois étages remplis, à la recherche de quelques visages familiers. Rez de chaussée, de la musique, copine 1, copine 2, retrouvées en un clin d'oeil et perdues en deux. Je me retourne, vois une autre pote qui n'a rien à voir avec le groupe qui m'a conviée. Je monte les escaliers, je croise une amie, on crie, câlin. Sur le palier suivant, pareil avec une autre. Dans la file pour les toilettes, la fille devant moi et moi, on se scrute, on se reconnaît, c'est une amie de mon ex de quand j'avais 17 ans.  Je redescends, je croise le meilleur ami d'un pote "HEY SALUT!!!! Leo est là? Enfin euh salut." Je vais sur la terrasse, je croise une copine que je ne m'attendais pas à croiser "C'est fou j'arrête pas de croiser des gens qui n'ont rien à voir les uns avec les autres, mais genre rien à voir et ils sont tous ici!" "Mais Meredith t'as pas compris?  On est dans une série et c'est l'épisode final où tous les personnages se retrouvent au même endroit par hasard." 
Je ressors, je croise un pote de ma grande bande, il a perdu ses copains. Je redescends, je croise Martin dans l'escalier, je descends encore, je dis au revoir à des copines qui partent, je danse, je remonte, Martin veut partir, il a plus de batterie, j'appelle Quentin, il est à l'appart avec la clique.
Martin veut ramener les autres qui sont ici, il hésite, on descend, à moitié, on attend, on se retourne, on attend encore, au coin de la rue, je re traverse "Bon les gars vous faites comme vous voulez, moi j'ai envie d'aller là bas, et maintenant, au pire j'y vais seule". Martin salue les autres, on saute dans un taxi.

Apprentissage numéro deux: Ne pas attendre qu'on se bouge à ma place si je veux quelque chose.

On passe le pas de la porte et c'est une avalanche sonore de "Méréééééééééééé!!!" qui m'accueille. Le gang est là, on me prend dans les bras en me disant des "bonne année" qui viennent du coeur et du foie.  Je scrute la pièce. Il n'est pas là. Je m'installe sur le canapé et je parle de lui aux copines. C'est un choeur de regards bienveillants associés à des mots décourageants qui répondent à mes phrases qui dégoulinent d'envie. "Attention à ton petit coeur." Le téléphone de Marie sonne. C'est lui. Je ne pose pas de questions.  Je veux pas savoir s'il vient. Je veux pas savoir où il est. Je veux pas vouloir. 

Apprentissage numéro trois: Ne pas avoir d'attentes. Ou en tout cas, les diminuer. Parce que de tous les films qu'on se fait, c'est le seul scénario auquel on a pas songé qui arrive.

Quentin veut bouger, je décide que je préfère le suivre. On va quelque part où on ne sera peut être pas acceptés. Il est cinq heures. A l'avant du groupe, Quentin me dit qu'il est là bas, mais qu'il y est avec une fille et qu'il préfère que je le sache. J'hoche la tête. On arrive devant la porte, une groupe de gens (probablement les habitants) nous posent quelques questions. Deux des copains sont déjà entrés, on est quatre à être sur le pas de la porte face à un mec a l'air las de fin de soirée qui ne veut pas d'inconnus chez lui. Je suis calme mais un peu sèche, je demande à au moins dire à mes amis déjà entrés que nous ne pouvons pas. Finalement il nous laisse passer. Peut-être que l'univers lui a donné un instinct de cerbère parce que je n'avais rien à faire là.
Je croise une pote "Mais qu'est ce que tu fais là??" "Je sais pas je connais personne." "Hahaha c'est chez mon mec!"
On reste au pied des escaliers à trois, les autres partent explorer ce microcosme à la recherche d'un peu de familiarité. Juste quand je dis à Marie que je sens qu'on va pas rester et que je vais rentrer plutôt que de tenter de m'incruster ici, Quentin revient victorieux de sa chasse aux potes. Il est là dans l'encadrement de la porte, il me sourit, au bout de quelques secondes on reprend notre jeu habituel, il me charrie et moi je suis séduite d'une part (du côté des hanches) et j'ai envie de mettre des barrières kilométriques de l'autre (du côté du coeur). Les autres vont partir. Quelqu'un s'apprête à faire du crowdusrfing et risque de lui atterrir dessus. Il ne le voit même pas parce qu'il me parle. Je le prends par les épaules et je le décale de quelques centimètres. Mes hormones aimeraient mettre mes mains partout ailleurs sur son corps aussi. Je lui dis au revoir. Je veux pas rester ici alors que je connais personne. "Mais si tu me connais moi! Et y'a plein de trucs à explorer ici, aller viens explorer avec moi." Je le suis, un peu amusée mais je sens la barrière qui se met en place pour me protéger. "Je vais vraiment y aller." "On se voit une prochaine fois?" "Oui". Non. Pas à deux, pas tout seuls. Mon cerveau était déjà en train de réfléchir à ce que je lui dirai exactement le jour où il tentera une approche si ce jour arrive, comment résumer en quelques phrases qui rentrent dans un texto à quel point c'est une mauvaise idée de faire se croiser nos envies, qui je le sais ne sont pas du tout les mêmes. Je rejoins les autres. Il manque Quentin. Je fais demi tour. Il était avec lui. Je lui fais un petit salut. Mes hanches imaginent les dessins qu'elles pourraient faire avec les siennes mais le reste de mon corps me dit qu'il est l'heure de partir et que les tableaux qu'on pourrait peindre resteront un mystère. Pour le bien de mon coeur, celui qui est mou et qui a envie d'autre chose.

Apprentissage numéro quatre: écouter son instinct. Le vrai, celui qui préserve. Celui qui me dit que je vais être un plan B, et que je n'en suis pas un. 

Bisous aux copains. Câlins. Une rue à descendre, une rue tout droit, une rue à remonter et je suis à la maison. Je suis les lumières au sol, j'entends les basses en haut, j'entre, ils dansent encore comme si j'étais partie il y a cinq minutes. Je me faufile entre les "hein mais t'étais où?" de certains, je m'isole avec Margot, elle me raconte ce que j'ai loupé, je lui raconte que j'ai mis une barrière pour me préserver. Il est bientôt sept heures, je descends dormir.
J'ouvre les yeux il est onze heures. J'enfile mes fringues, je prends un fruit, je remonte. C'est comme si le temps passait autrement là haut, ils dansent encore. "Attends mais t'étais où?" "Bah je dormais". Je donne un fruit à Margot, je demande s'ils ont bu de l'eau. Ils se passent des verres, je prends Margot dans mes bras, je les regarde partir continuer leur fête sans fin pour aller me recoucher.

Apprentissage numéro 5: transformer mon empathie en compassion. Je ne suis pas la maman des autres, je ne suis pas non plus là pour les soigner. Je peux me soucier des autres mais pas au détriment de moi-même.


J'ai vu le serpent se mordre la queue, mais avant d'ouvrir grand la bouche il a mué, et laissé son ancienne peau dans le passé. La boucle est de nouveau prête à démarrer, mais c'est un nouveau cycle qui se présente et je n'en connais pas encore les écailles.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire